Le fils de l'accordéoniste

Soinujolearen semea – El hijo del acordeonista , Christion Bourgois Editeur 2007

Auteur :Bernardo Atxaga
Pays :Euzcadi
Traducteur :Bernardo Atxaga, André Gabastou
Saison :2012/2013
Résumé :Soinujolearen semea (Le fils de l'accordéoniste) (2004) est sans doute le roman le plus ambitieux de Bernardo Atxaga. Le vif succès qu'il a remporté parmi les milliers de lecteurs basques a été confirmé par ses dix traductions et par les excellentes critiques telles que celle publiée dans le The Times Literary Supplement, dont l'auteur affirmait que Le fils de l'accordéoniste était le plus grand roman basque de tous les temps. Les mémoires de David, le personnage principal du roman, vont de son ranch californien à son enfance à Obaba, en passant par le réveil douloureux face à la découverte des évènements graves de la Guerre Civile et de l'après-guerre. Mais cette Obaba qui nous est présentée dans le roman n'est plus le berceau d'évènements fantastiques difficiles à expliquer par la raison, mais une lointaine Arcadie, un petit locus amoenus peuplé des joyeux paysans chantés par Virgile. Et c'est précisément Virgile qui guidera ici le narrateur à travers les enfers de sa jeunesse. Le bombardement de Guernika, les terribles fusillades et disparitions de l'après-guerre ou l'explosion de la violence terroriste dans les années 60 planent sur le ciel d'Obaba. Une fois de plus, la restitution du passé a une fonction éthique dans un texte d'Atxaga, puisqu'elle nous rappelle que l'Histoire est un discours narratif qui offre une interprétation; une interprétation fondée, évidemment, sur le point de vue des vainqueurs. Le lecteur se trouve une fois de plus face à une prose apparemment simple, dans laquelle le paysage et les personnages sont intimement liés et les éléments répétitifs deviennent des signes inquiétants d'un danger qui guette.

En effet, Le fils de l'accordéoniste demande une intensité de lecture proche de celle des contes tchekhoviens; il a par ailleurs la vertu que Kafka réclamait aux bons livres: il réduit en miette cette mer gelée que nous avons en nous. Histoire et mémoire, réalité et fiction, amour et mort sont certaines des dichotomies sous-jacentes de ce roman finement structuré.
Bio auteur :Bernardo Atxaga, pseudonyme de Joseba Irazu Garmendia est né en 1951 à Asteasu, au Guipuscoa dans la Communauté autonome du Pays basque (Espagne).
Atxaga écrit en général en langue basque (euskara) mais traduit lui-même ses oeuvres en castillan.
Auteur de poèmes, de nouvelles et romans, il a déjà écrit une vingtaine de romans pour la jeunesse.
Il connait le succés national et international avec le recueil de nouvelles 'Obabakoak' (1991) récompensé par plusieurs prix, traduit jusqu'à présent dans une vingtaine de langues et porté à l'écran sous le titre Obaba par Montxo Armendariz en 2005.
Dans toute son oeuvre se dessinent les contours d'un Pays basque meurtri par le bombardement de Guernica et muselé par l'interdiction de s'exprimer dans sa langue.
'Le fils de l'accordéoniste' est son dernier roman.



retour