Texto

L'Atalante 2019

Auteur :Dmitry Glukhovsky
Pays :Russie
Traducteur :Denis E. Savine
Saison :2019/2020
Résumé :Novembre 2016. Ilya rentre à Moscou après sept années de détention dans la Zone — une de ces régions de Sibérie peu peuplées où la Russie installe des camps pénitentiaires —, bien décidé à tourner la page et à reprendre une vie normale. À peine arrivé, il est confronté à la mort de sa mère, à une fin de non-recevoir de la femme qu’il aimait et à un monde qu’il ne reconnaît plus.
La nuit même de son retour, l’esprit embrumé par l’alcool et la rage chevillée au corps, il tue l’officier de la brigade des stups véreux qui, sept ans plus tôt, l’avait piégé par simple mesquinerie. Le lendemain, prenant conscience de la portée de son acte, et ne se donnant que quelques jours à vivre, il n’a qu’une idée en tête : rassembler assez d’argent pour offrir une sépulture décente à sa mère.
Une seule solution pour repousser l’échéance de sa mort : utiliser le téléphone volé à sa victime pour faire croire à ses contacts qu’il est toujours en vie. Commence alors pour Ilya une partie d’échecs hors du commun : il n’a le droit à l’erreur contre aucun de ses « adversaires », en plus de jouer contre la montre. Commence aussi une plongée dans le téléphone portable et les tréfonds de l’âme de celui qu’il hait, dont il doit pourtant assumer l’identité tant bien que mal. Et avec lequel il finit par se confondre.
Bio auteur :
Né en 1979 à Moscou et journaliste de formation, Dmitry Glukhovsky a choisi, depuis le succès international de la série « Métro », de se consacrer à son œuvre littéraire. Toutefois, il continue d'écrire pour le journal Novaïa Gazeta où travaillait la journaliste Anna Politkovskaïa, assassinée en 2006.
Comme tous ceux de sa génération, Dmitry Glukhovsky est le témoin des changements que traverse la Russie ; une Russie où il n'a jamais fait bon évoquer, et encore moins coucher par écrit, certains sujets sensibles : le pouvoir, ses dérives, ses compromissions, sa corruption...
Auteur engagé, il instille ses messages dans la fiction comme avant lui les frères Strougatski, dont l'œuvre pourtant critique à l'égard du régime a toujours échappé à la censure ; à croire que la métaphore se joue de l'esprit retors des bureaucrates censés débusquer la moindre velléité d'insoumission.

retour