La cloche d’Islande



Auteur :Halldor Laxness
Pays :Islande
Traducteur :Régis Boyer
Saison :2003/2004
Résumé :C'est la grande trilogie de Laxness, à la fois roman picaresque, tragédie amoureuse et drame historique évoquant des personnages qui ont réellement vécus en Islande à la fin du XVIIe siècle. Cette œuvre est un hommage à la tradition islandaise et au refus de la tyrannie (celle du Danemark à l’époque) écrit à l’époque où l’Islande accédait à l’indépendance. Aucun autre auteur islandais n’a décrit avec autant de compréhension le rôle vital de la littérature dans l’existence de l’individu et du peuple, sa valeur humaine nationale et par conséquent universelle. Ainsi fait Laxness dans La Cloche d’Islande, roman en trois parties où il prend pour modèle de son héros le grand collectionneur de manuscrits Arni Magnusson (qui vécut aux environs de 1700). Cette œuvre est l’une des plus riches et des plus grandioses de l’auteur.
Bio auteur :Halldór Kiljan Laxness occupe une position centrale dans la vie littéraire islandaise au XXe siècle. Sa longévité (il a écrit son premier roman à 17 ans et a vécu jusqu’à plus de 95 ans) et son prix Nobel obtenu en 1955 lui confère une stature qui a n’a pas manqué de faire de l’ombre à tous les romanciers islandais depuis un siècle.
Fils de paysan, Halldór Kiljan Laxness a grandi dans la ferme de ses parents à Laxness, près de Reykjavik. Il se met très jeune à écrire et arrête ses études avant le baccalauréat. Il a ensuite passé une partie de sa vie à parcourir le monde avant de revenir dans son pays natal pour se replonger dans ses racines islandaises. À 23 ans, il s’est converti au catholicisme, fait un long séjour dans le monastère de Saint-Maurice-de-Clervaux au Luxembourg et envisagea de poursuivre ses études à Rome. Il séjourne en Italie, mais renonce à devenir prêtre et rompt avec l’Église catholique (1925). Se tourne vers le dadaïsme et le surréalisme lors de son séjour en France (1924-1926). Halldór Laxness part ensuite tenter sa chance comme scénariste à Hollywood. Dans les années 1927-1930, il a vécu en Amérique du Nord (au Canada et en Californie principalement) où il a embrassé le socialisme. Sa rencontre avec Upton Sinclair lui fait découvrir la littérature engagée. Plusieurs voyages en URSS le conduisent à faire route avec les communistes durant une vingtaine d’années jusqu’à la rupture de 1956.
La fin de sa vie le porte vers le Taoïsme et le retour aux sources de la culture islandaise.

retour